Actualités

Concarneau – Santé. Sale temps pour l’hôpital public

Les membres du comité de défense de l’hôpital de Concarneau ont donné de la voix, ce samedi, pour exprimer leur mécontentement. Les membres du comité de défense de l’hôpital de Concarneau ont donné de la voix, ce samedi, pour exprimer leur mécontentement.

Alors que le comité de défense de l’hôpital de Concarneau invitait, ce samedi, la population à se mobiliser dans le cadre d’une journée nationale de défense de l’accès aux soins et des établissements de proximité, la pluie est venue jouer les trouble-fête. Mais elle n’a pas empêché les membres du groupe de faire entendre leur voix.

« L’hôpital c’est la santé, faut tout faire pour le garder. Les malades privés d’hosto f’ront pas de vieux os ». En ce samedi matin, les adhérents du comité de défense de l’hôpital de Concarneau donnent de la voix pour clamer leur mécontentement. « Mon amant de Saint-Jean », « Le travail c’est la santé », « Ils ont des chapeaux ronds », « Ah ! Vous dirai-je, maman »… Autant de classiques réadaptés par les membres de l’association pour exprimer leurs doléances. Et repris en chœur par certains des quelque 60 courageux à avoir répondu présent, malgré la pluie battante. Alors que le show se poursuit en dépit du mauvais temps, deux bénévoles sillonnent le public à la recherche de signatures pour leur pétition.

« L’absence de Smur, la nuit, depuis plusieurs mois », « un service des urgences de plus en plus fragilisé », « des délais trop longs pour un rendez-vous chez un spécialiste ou pour un examen », « les difficultés pour trouver un médecin généraliste », « des gardes médicales qui seraient réduites de moitié ». La liste des reproches est longue et fédère. À l’image de Marie-Claude, l’une des premières à avoir pointé le bout de son parapluie sur le parvis des halles. « La santé, tout le monde doit y avoir accès de manière égalitaire. Il n’y a aucune raison qu’il existe des zones non couvertes », tempête-t-elle derrière ses lunettes.


Monsieur Hôpital public au plus mal

« Est-ce que Monsieur Hôpital public et Madame Sécurité sociale sont prêts à relever le défi ? » « Où est passé Monsieur Hôpital public ? » La pluie n’est pas parvenue à doucher l’enthousiasme d’Hélène Derrien. Au micro, la porte-parole du groupe tente de remotiver ses troupes. Alors que plusieurs membres du comité doivent interpréter une saynète d’un petit quart d’heure, l’averse redouble d’intensité. Dans un coin, Dominique relit ses notes, détrempées. « T’es dans tes coulisses ? », plaisante une fan. La bénévole fait la moue. « On se tâte un peu là. Ça me semble plutôt compromis ». Madame Sécurité sociale, elle, se balade dans le public, des gouttes rouges dessinées au coin des yeux. Intitulée « Tentative de meurtre sur l’hôpital public », la mise en scène devait raconter l’histoire de deux blessés, « Hôpital public » et « Sécurité sociale », à l’agonie, et l’issue d’un procès les opposant aux gouvernements et financiers, responsables de leur état.

Mais pas question d’arrêter là l’action de sensibilisation, menée dans le cadre d’une Journée nationale de défense de l’accès aux soins et des établissements de proximité. Même si les membres du comité n’ont pas pu démontrer l’étendue de leur talent de comédiens, tous ont pu donner à voir leurs qualités de chanteurs jusqu’en fin de matinée. « Peut-être que ça fera revenir le soleil », sourit Hélène Derrien derrière son micro.

The Latest

To Top