Actualités

Loudéac – Santé. Guy Le Cun crée AVC Saint-Caradec

Guy Le Cun a dû abandonner sa ferme après son AVC. Aujourd’hui, il se reconstruit pas à pas. Guy Le Cun a dû abandonner sa ferme après son AVC. Aujourd’hui, il se reconstruit pas à pas.

La vie de Guy Le Cun a basculé à l’âge de 52 ans lorsqu’il a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Aujourd’hui, il veut rebondir et crée une association pour toutes les victimes d’AVC.

Guy Le Cun a tenu une boucherie pendant 19 ans, à Trébeurden. « Le commerce marchait très bien, je faisais mon métier de boucher et mon épouse, Florence, tenait la caisse. On travaillait du lundi au dimanche sans repos », se remémore-t-il. Un jour, le couple a voulu réaliser son rêve et avoir ses propres animaux « mais s’installer sans diplôme agricole était compliqué », avoue Guy Le Cun. Ils ont cependant réussi à acheter 22 hectares de terre sur la commune de Rostrenen, en 2012 et à créer un atelier de vaches allaitantes.

L’exploitation est au nom de Florence, tandis que Guy gère la boucherie installée sur le site de la ferme. Ouverte seulement le matin, il y vend la viande de l’exploitation mais aussi des élevages alentour. « Nous étions reconnus pour la qualité des produits et le bouche-à-oreille était notre meilleure publicité, poursuit-il. L’après-midi, je pouvais me consacrer à mes passions, m’occuper des animaux, faire du cheval et nous avions enfin nos dimanches ». Ce bonheur dans le pré a duré 4 ans…


« J’ai dû tout réapprendre »

Tout a basculé le 9 février 2016, quand Guy Le Cun a été victime d’un AVC (accident vasculaire cérébral) hémorragique à l’âge de 52 ans. Transporté à Kério puis à Pontchaillou, il a été opéré mais les séquelles sont terribles : perte de la parole, de l’équilibre, impossibilité de se tenir debout, de se servir de sa main droite. « Tout mon côté droit était bloqué, on me déplaçait en fauteuil roulant, je ne pouvais m’alimenter seul », détaille-t-il.

Puis, il passe cinq mois et demi au centre de rééducation de Plémet pour tout réapprendre : parler, marcher, écrire. Les séances avec un orthophoniste sont terminées mais Guy Le Cun voit encore un kiné deux fois par semaine. « Je continue à progresser ce qui est rare deux ans après l’AVC », exprime-t-il.


« Montrer qu’on est pas seul »

Il s’est mis à la batterie, « c’est bon pour faire travailler les quatre membres », au mikado, « c’est bon pour la dextérité » et joue à des jeux de société. Il peut conduire, faire du quad, se baigner… Il ne s’ennuie jamais et peut compter sur son épouse qui l’accompagne dans toutes ses activités.

Cette expérience l’a poussé à créer une association : « AVC Saint-Caradec ». « Le but est de créer un groupe de parole pour échanger, montrer que l’on n’est pas seul. L’association pourra proposer des exercices de motricité et d’adresse de façon ludique, faire venir des intervenants : un kiné, un professeur de qi gong… ». L’atelier fonctionnera tous les jeudis à la maison du Val d’Oust, de 15 h à 17 h. « C’est ouvert à tous ceux qui ont été victimes et aux accompagnants ». La première séance est prévue le 8 novembre.

Pratique
Renseignements au 06 76 82 97 10.

The Latest

To Top