Différentes maladies infectieuses

Mickaël Loriette : «La vaccination est une avancée majeure pour la santé»

La Semaine européenne de la vaccination s'est ouverte, hier, à l'hôpital de Rodez. L'objectif de cette campagne d'informations est de «rappeler à la population qu'il est important de se faire vacciner pour se protéger des maladies infectieuses».

À quoi servent les vaccins ? Pourquoi y'a-t-il des vaccins obligatoires et des vaccins recommandés ? Comment savoir lesquels faire ? Existe-t-il des risques, des effets indésirables ? Parce que de nombreuses interrogations et inquiétudes demeurent autour de cet acte médical, l'Organisation mondiale de la santé organise depuis 2005 la Semaine européenne de la vaccination. Les médecins et infirmiers du service des maladies infectieuses et tropicales du Centre hospitalier de Rodez sont ainsi mobilisés jusqu'à jeudi, sur le piton, mais aussi à Decazeville, Millau et Villefranche-de-Rouergue.

L'objectif de ces campagnes d'informations est de rappeler l'importance de la vaccination dans la prévention des maladies infectieuses. «La France fait partie des pays les plus sceptiques», explique Mickaël Loriette, médecin au Centre de vaccination de Rodez, «C'est vrai qu'on a un historique, avec des scandales sanitaires… Mais il ne faut pas oublier que la vaccination est l'une des avancées majeures -avec l'accès à l'eau potable- dans l'augmentation de l'espérance de vie et l'amélioration de la santé des populations».

Pour le médecin, la désinformation à l'œuvre sur Internet est aussi responsable de ce manque de confiance envers les autorités sanitaires. «Certains articles en ligne entretiennent la peur. Il faut faire attention et plutôt se fier au site de l'État : vaccination-info-service.fr», recommande Mickaël Loriette. Cette année, la Semaine européenne se concentre notamment sur la vaccination des nourrissons. Une thématique particulièrement opportune alors que onze vaccins sont désormais obligatoires et conditionnent l'entrée en collectivité pour les enfants nés après le 1er janvier 2018. «La France a longtemps opposé les vaccins obligatoires et ceux recommandés. Cette mesure vient seulement clarifier les choses», précise le médecin, avant de rappeler de manière générale «qu'on se vaccine pour se protéger soi-même, mais aussi pour protéger les personnes fragiles de son entourage…». Mickaël Loriette insiste d'autant plus sur l'utilité de cet acte médical qu'en raison de la mauvaise couverture vaccinale actuelle, «certaines maladies qui ne devraient plus exister, comme la rougeole, circulent toujours en Aveyron».

Des actions dans tout le département : aujourd'hui, de 10 heures à 12 heures à l'hôpital de Rodez ; de 14 h 30 à 16 h 30 à l'hôpital de Decazeville ; demain de 10 heures à 16 heures à la Chartreuse de Villefranche-de-Rouergue ; jeudi 26 avril, de 10 heures à 16 heures à l'hôpital de Millau.


Le chiffre : 11

vaccins obligatoires > Pour les enfants nés après le 1er janvier 2018. Il s'agit des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, l'hépatite B, les infections à pneumocoque, les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole.


26 cas de rougeole en Aveyron depuis le début de l'année

Selon l'ARS -Agence régionale de santé, «l'Occitanie connaît actuellement une recrudescence importante de cas de rougeole». En Aveyron, ce sont ainsi 26 cas qui ont été validés depuis le début de l'année. Un chiffre que les médecins de l'ARS jugent élevé «pour un département rural. D'habitude, les virus circulent plus facilement dans les grandes concentrations urbaines». Parmi ces malades en tout cas, la grande majorité n'était pas vaccinée ou incomplètement -rappel non fait. Toutes les générations sont touchées, même si les enfants, autour de 1 an, sont plus représentés. En Occitanie, le malade le plus âgé a 51 ans. Une donnée qui bouscule les représentations sur la rougeole. «Elle n'est plus seulement une maladie infantile et peut se révéler potentiellement sévère, alors que les gens la considèrent -à tort- comme bénigne». La vaccination reste la seule protection efficace», rappelle l'ARS, qui regrette la faible couverture vaccinale dans le département. «Moins de 70 % de la population aveyronnaise est vaccinée, alors que l'OMS -Organisation mondiale de la santé- recommande un taux de 95 %.


3 questions à Mickaël Loriette, Médecin au centre de vaccination de Rodez

Quel est le rôle du centre de vaccination de l'hôpital de Rodez ?

Ce centre public a pour mission la vaccination de tout public. Les consultations, effectuées sur rendez-vous, sont gratuites, qu'on ait ou non des papiers, une couverture sociale ou une mutuelle.

Qu'est-ce que la médecine des voyages ?

Le centre de vaccination assure un rôle de conseil auprès des futurs voyageurs. Nous sommes là pour répondre à leurs interrogations sur les vaccins exigés pour entrer dans certains pays (méningite pour un pèlerinage à La Mecque par exemple). En revanche, ces consultations, comme ces vaccins sont payants.

Et qu'en est-il du carnet de vaccination électronique ?

C'est un outil en ligne qui permet de savoir facilement où on en est dans ses vaccins. Il suffit de saisir ses antécédents médicaux, la date des précédentes piqûres, ses allergies éventuelles… pour recevoir des alertes par mail ou SMS au moment des rappels. Nous le proposons systématiquement lors de nos consultations.

The Latest

To Top